home checkmark comment-reply cancel none spinner11 plus pencil eye key locked becky newspaper notebook-list paperplane website heart heart2 heartadd fast minus add-music remove-music calendar image headphones music cd user pacman price-tag pushpin dialog-icon bubble bubbles warning arrow-left play pause stop first last volume-up volume-off repeat shuffle playlist-arrow-prev playlist-arrow-suiv toggle celtic pattern viking helmet cup cup spare caducee dialog-chat upload

SAISON 8 SAISON 8

en cours

Le marathon est fini
Theme :

OUUUUH Ch´est un bon chienchien à cha mémère cha (6/8)

du 12/04/2019 au 19/04/2019
11 commentaires
11025772_590776864393189_2152655852538717014_n.jpg

Chronique

Bonsoir à tous et wouf à tous nos amis canins, et je vous remercie d’être une fois de plus aussi nombreux et aussi talentueux. Je tiens à rappeler que la conférence de ce soir sera traduite en doggo-description afin de toucher le public le plus large possible.

Nous sommes réunis aujourd’hui afin d’éclairer le statut de chienchien à sa mémère. Statut bien mystérieux à bien des égards.

Je commencerai bien entendu par ma propre contribution [0] au domaine via une histoire qui m’est arrivée il y a peu sur le chemin du train. Ce chienchien parmi les chichiens n’est malheureusement pas un cas isolé et nous ne savons que trop comment les mémères peuvent avoir un effet désastreux sur la psyché canine.

 

Néanmoins, il ne faut pas oublier que l’inverse est tout aussi valide comme nous le rappel la contribution de Pezpez [1] qui met en lumière ces « vilains chiens » comme on les appelle dans le milieu. En effet comment être solidaire d’un kiki à sa mémère si en même temps il commence à vouloir piquer les sacs de couchage, foutre le bordel dans la compta et j’en passe.

 

Les dommages psychologiques peuvent en être terrible et l’étude de Cachette à branlette en est un témoignage frappant [2].  C’est alors une sorte de syndrome de Stockholm qui se développe dans la relation dominant-dominé, maître-toutou. Le chien-chien se pervertit, mémé perd la bouboule… Une tragédie.

 

Heureusement il s’agit ici de cas, si ce n’est isolé, du moins qui ne constituent pas toute la réalité de la condition canine et son interaction gériatrique. Ainsi Dr. SamJane dans sa brillante étude [3] donne la parole à des vrais bon chiens pour lesquels l’équilibre est atteint, le bonheur et la reconnaissance est présente des deux côtés et c’est là une relation d’équilibre qui est à rechercher et à chérir à tout prix.

 

Mais assez parlé de choses positives. Et revenons à la basse réalité. Pour ce paragraphe j’aimerais me reposer sur l’anecdote rapporter par le groupe B.O.U dans sa brillante chronique [4]. Combien j’aimerais ne jamais avoir vécu leur mésaventure mais avouons le nous, il n’est plus rare de nos jours de voir de telles calamités canines à tous les coins de rue. Des chiens avec le mal des transports qui vomissent sur les east packs, CA NE PEUT PLUS DURER ! En effet, comment les nettoyer ? Personne ne le sait vraiment, et j’espère que le travail ultérieur de B.O.U nous permettra de mettre en lumière ce dilemme.

 

Peut être le vertige de ces chiens dans les transports se retrouve illustré et quelque part expliqué (mais non excusé) par Juliette Porée dans sa mise en abîme canine [5]. Comment ne pas compatir quand personne ne vous parle comme un être sensé mais une sorte de sous être intellectuel ? Personnellement, je viendrais vomir sur vos east pack, y’a pas à chier.

 

Vaut-il alors mieux suivre l’approche de Dj Platan [6] et tenter la voie du vocabulaire et de la diction canine ? Dur à dire, car il est vrai que le feedback que l’on est en droit d’attendre d’un effort si conséquent reste assez décevant du côté canin. Peut être qu’en essayant une structuration plus linéaire du discours canin des progrès pourront être obtenus dans les années à venir.

 

J’aimerais à présent vous présenter le travail de mon camarade Frederic Lardon qui humblement, mais toujours brillamment, nous offre une scène au réalisme frappant dans la description de la journée canine typique [7]. Se serait-il lui même infligé ce qu’il expose ici ? A-t-il poussé la conscience professionnelle jusqu’à l’extrême et effectué un processus de Didier comme on l’appelle dans le domaine ? Je ne le sais et j’espère que les suppléments de son étude jetteront une lumière nouvelle sur son approche expérimentale.

 

La suite de notre exposé va maintenant s’appuyer sur le travail du Pr. JAPHET [8] et sur le mécanisme de cyno-télévisation au cours duquel le chien-chien à sa mémère que l’on pourrait qualifier « de base » se retrouve face à des images, des sons qu’il reçoit en même temps que sa mémère regarde son petit feuilleton du soir. Néanmoins le sujet n’étant pas en mesure d’appréhender l’immense complexité du phénomène télévisuel se retrouve ne situation de confusion mentale profonde et se trouve à confondre Maïté, Royal canin et autres programmes télévisuels qui pour nous humains sont bien entendus puérils, mais dans le contexte d’un cerveau canin « limité » (pardonnez le non politiquement correct dans mon discours) prend des proportions énormes.

 

Je vous propose à présent une pause. Ce court intermède vous est proposé par AltoRosa[9] qui avec beaucoup de douceur nous ramène à nos années de jeunesse avec notre petit chienchien à la campagne dans le soleil couchant jouant au milieu des champs de blé et grignotant nos bas de pantalons. Un moment de douceur et de nostalgie des plus bienvenus après tous ces sujets très sérieux qui nous occupent depuis le début de cette présentation.

 

Revenons à nos moutons… chien chiens avec l’étude historique de M. Etienne Cloarec [10] et sa biographie (concise mais incisive) de celui que dans le milieu nous connaissons bien, ce Snoopy. Mystère pour beaucoup de mes collègues et pour moi même, mais fascinant néanmoins.

 

Personnellement au moment de lire ce type d’oeuvre, je n’ai rien trouvé de mieux que d’écouter des oeuvres de l’ampleur du type de celle de Maestro Mattéô [11] qui, disons le, ne manque pas de chien.

 

Haem…

 

Abordons à présent l’expérience comportementale rapportée par VeryNo [12]. Une relation fusionnelle s’étalant sur plusieurs années, une relation profonde maîmaître chien-chien allant au delà des désagréments, qu’ils soient olfactifs ou autre et qui finalement ne peut conduire qu’à une chose, une sensation profonde de manque qui ne peut que finir par s’installer une fois que le chien-chien a dit son dernier bye-bye. Il semble alors dérisoire de s’étaler sur des considérations bassement terrestres. Seule l’émotion compte, mais il pause aussi la question de la rivalité chien chien-chat chat et les tentatives de putsch successives que les deux espèces ne manquent pas d’effectuer l’une après l’autre.

 

D’ailleurs s’il y a un endroit où ces deux espèces se rencontre, c’est bien la SPA. Ce lieu singulier a notamment été mis en scène par Boulangerie chevaline [13] récemment avec une véritable volonté de révolte et un cri de guerre, un hymne qui résonne par de la les lieux et les âges: « CE N’EST PAS A VOUS DE PORTER LE PASSIF TRAUMATIQUE DES CHIENS. BORDEL !!! ». Non mais c’est vrai quoi, soyez pas des victimes.

 

Il est temps je pense de mentionner ce phénomène qui quelque part fait écho au travaille de cachette à branlette: la multiplication syllabique dans les processus de communication inter-espèce très pertinemment mis en exergue par Anne Laplantine [14]. D’où cela vient-il ? Est-ce un woof-woof qui a tout commencé ou un chien-chien malencontreusement prononcé ayant entraîné cette réponse nous entraînant dans une infinie spirale dont nous ne sommes pas prêts de sortir.

 

À propos de sortir, QUI A FAIT SORTIR LE PUTAIN DE CHIEN ?! Nous demande Nescio [15]. Quelle sont les intentions du perpétrateur ? Quelles sont les intentions du chien ?


Et après du coup, que se passe-t-il comme nous l’explique si bien Gajeb [16], et ben on passe la soirée à chercher le chien. Le pauvre Youki, perdu Dieu seul sait où. Causant ulcères à sa mémère et soucis à son papi. C’est bien là un problème qui transcende les âges, de Gotainer à Gajeb. Une riche tradition culturellement de la plus haute symbolique.

 

On mentionnera aussi dans cette longue tradition universitaire le travail de Harry dès [17] qui lui aussi oeuvre grandement à la recherche (de chien-chien).

 

Un autre aspect qui nous a échappé jusqu’à présent, c’est la variation de la condition canine (voire animale de manière général) entre la ville et la campagne. Ce n’est qu’avec le grand Ryla Cosnyk [18] et ses multiples dédicaces que ce problème se retrouve (bien tard, et cela il faut le regretter) sur le devant de la scène intellectuelle européenne.

 

En parlant de scène intellectuelle européenne, comment ne pas mentionner Vos régions ont du talent [19] et son travaille éclatant faisant état des relations de dominant-dominé, non pas entre humain et animal mais entre humain et humain. La domination, la soumission, l’amour se mélangent ici dans un portrait qui vous prend aux tripes. Je le jure !

 

Ca donne envie de crier à la lune, un peu d’ailleurs comme ce que l’on peut retrouver chez cette chère MarieClaudeMarais [20]. Car comme je le dis souvent, que serait un chien-chien sans son cri-cri porte bonheur ?

 

Andy 2, estimé confrère dans [21] revient sur une tentative audacieuse de thérapie canine, plutôt Freudien que Lacanien il semble néanmoins que ses courageux efforts ne se soient soldés par un échec. Le chien en question semble bloqué au stade anal. Mais une approche basée sur le Yin et le Yang, gentil chien contre vilain chien semble par contre prometteuse un peu comme une opposition bon flic mauvais flic mais transposée au domaine poilu et à quatre pattes.

 

Je vous propose un nouvel entracte musical le temps que j’aille me reservir un petit verre d’eau. Nous accueillons à cette occasion Ultra Kabron et… une poule visiblement. Voir à la référence [22] pour de plus amples références bibliographiques.

 

Maintenant que je me suis réhydraté le clavier j’aimerais vous entretenir de la perspective mystique, déiste de Bobyman [23], dans la ligne droite des travaux supranaturels ayant vu le jour dans les années 70 à l’apogée de l’utilisation de la drogue dans les études socio-animales. Il semble que dans son cas, la technique hallucinogènes porte toujours des fruits et nous lui souhaitons nos plus chaleureux encouragements pour que cela se poursuive dans les années à venir.

 

Pour aller plus loin dans cette approche hallucinée je ne saurais que vous conseiller la consultation des oeuvres complètes de Young Yoga (en particulier [24]) qui lui aussi, dans un style tout autre, c’est bien vrai, a été l’un des grands contributeurs du domaine dans ces dernières années.

 

Je pourrais également citer Mieszko Bavencoffe et le fameux [25] mais je pense que la communauté est encore un peu trop jeune et top incertaine de ces fondements profonds en tant que science pour totalement appréhender l’étonnante complexité et les possibilités grandioses qui sont encore devant nous.

 

Certains d’entre nous comme Tedy Semour on préféré se replonger dans l’études des classiques [26], ce qui ne manque pas d’intérêt, il est vrai, en particulier vis à vis du retour à la mode du prénom conifère Mirza qui avait connu ses heures de gloire ill y a quelques années avant de disparaître pour de longues années. Mais je pense qu’on peut dire que maintenant que ce nom a été ramené sur le devant de la scène il est là pour rester.

 

Enfin nous en resterons ici pour les grandes études verbeuses de nos estimées collègues et je voudrais juste finir par deux exemples d’expressivité canine jamais égalées [27, 28] ainsi qu’un hommage canin au trouble qui secoue actuellement notre chère nation [29].

 

Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne soirée et je vous remercie de votre attention. Je vous rappelle que cette chronique est disponible en doggo-description ci-desous.

 

Bonne soirée, rentrez bien chez vous et mangez des carottes.

 

WOUF !

 

[0] Jambon, Truc de Wouf (2019)

[1] Pezpez, Vilain chien (2019)

[2] Cachette à branlette Cagette à Côtelettes #dog #granny (2019)

[3] SamJane Nous sommes le chien (2019)

[4] Born On Useless This Dog/Maintenant qu’un chien a vomi sur mon sac (2019)

[5] Juliette Porée Danse des chiens (2019)

[6] Dj Platan Toutouille (2019)

[7] Frederic Lardon Le p’tit chien à sa mémère (2019)

[8] Japhet Chihuahuarma (2019)

[9] Alto Rosa, Time to say goodbye, gabe (2019)

[10] Etienne Cloarec In Snoopy’s head (2019)

[11] Matteo L’amour est un chien de l’enfer (2019)

[12] Very No Miya et Jazz (2019)

[13] Boulangerie chevaline SPA à éviter (2019)

[14] Anne Laplantine Album baballe (2019)

[15] Nescio Iéoukiki (2019)

[16] Gajeb Youki (2019)

[17] Harry Dès Youki renversé par la mouillette de Gotainer (2019)

[18] Ryla Cosnyk Nanimo (2019)

[19] Vos régions ont du talent SPA & MST - Les Maladresses De Victor (2019)

[20] MarieClaudeMarais Danse avec les mohicans (2019)

[21] Andy 2 Vilain chien ft Luc Montagne (2019)

[22] Ultra Kabron Les meutes (2019)

[23] Bobyman Dog is God (2019)

[24] Young Yoga 11ème étage - woof woof (2019)

[25] Miesko Bavencoffe Lions Country (2019)

[26] Tedy Seymour Orgue Dog (2019)

[27] Roland Bafius Il était ou. (2019)

[28] Mission locale le chien triste (2019)

[29] Onion dans le donjon de notre dame (2019)

 

Doggo-description

NdT: le langage canin bien qu’il nous soit depuis longtemps connus dans ses plus profond détails est toujours très surprenant par sa concision et son sens de la formule. Ainsi nous invitons le lecteur novice à admirer à quel point il est possible en peu de mots de faire passer un message fort lorsque le dialect canin se retrouve impliqué.

 

Wouf wouf waff waffi wiff grrr grrr aourf wouf wifi waff weeeeeee.

 

Wouf waffiwiffiwouffi wee grrr.

 

Wouf.

 

Wouf woof.

 

Kaï kaï kaï wiffi wiffi wouf.

 

Graou wouf woof

 

lakhzmakdhsmaksldh

 

Wouf.

 

Wouf.

 

 

 

 

 

 

Wouf.

 

 

Commentaires

?

Les lois du Marathon

Un morceau (poème, chanson, cri, blabla, instrumental, recette, râle, solo...) à composer dans la semaine (sauf en cas de saison hardcore, voir ci-dessous), en rapport avec le thème, a envoyer avant les mercredi minuit.
  1. Le premier a poster gagne un max de points rapidité, mais chronique (vidéo, texte, dessin...) les morceaux de la semaine passée.
  2. Il ne peut pas être premier 2 fois de suite, non mais.
  3. Le 10ème à poster choisit le thème de la semaine suivante.
Il n'est pas obligatoire de poster toutes les semaines, mais les points n'augmentent évidement pas, pardi.

SAISON HARDCORE

De retour pour un nouveau type de marathon en mode brutal, pour les vrais :
1 thème = 25 participants, et non plus une semaine...
En 6 manches.
Le 10ème joggeur poste le thème suivant comme dab, 12 points♥ chacun, mais arrivé à 25 titres, le lecteur se ferme tout seul, c'est réellement hardcore !!!
les nouveaux participants s'inscrivent sur lemarathondelasemaine@gmail.com,
les anciens gardent leurs identifiants, début le mercredi 5 septembre 2018
vers 21 heures jusqu'à...??? Paye ton experience

Système de points

Le premier à poster son morceau gagne x points, x étant le nombre de participants. Le deuxième x-1, le troisième x-2, etc...Jusqu'au dernier, qui gagne donc 1 point.
Mais attention !!! chaque participant donne 10 points ♥ à qui il veut (repartis ou pas) de la sélection de la semaine passée..S'il ne les donne pas à temps, ils lui sont retirés de son score ! bzbzzbaam, c'est fun.

Ainsi, même le dernier, s'il a composé un méga-tube ultra raccord avec le thème, peut gratter le haut du classement...
SIMPLE COMME SAUCISSE! Le gagnant aura droit a un truc.

New : Le marathon est sur mobile !